Les drives ne sont pas l’apanage des enseignes de périphérie. Une enseigne du centre-ville lance aussi ce nouveau concept.

Comment avez-vous eu l’idée d’ouvrir un drive ?

Depuis trois-quatre ans, avec mon frère Antoine, nous avons ouvert un site de vente en ligne au niveau national (www.sommeliers-cavistes.com) et nous avons fidélisé une clientèle.

En restaurant le parking de notre clientèle qui fréquente la cave, nous avons eu l’idée d’offrir un service en plus. Nous avons donc ouvert le site vinodrive.fr, adapté à la téléphonie mobile.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les personnes commandent sur le site. Une centaine de références y sont répertoriées. Il est aussi toujours possible de téléphoner pour avoir des conseils.

Ensuite, trois possibilités : venir sur place au magasin aux horaires d’ouvertures chercher ses achats, ou venir récupérer la commande au drive situé sur le parking de la cave, ou – et nous sommes les seuls à le faire en Bretagne – récupérer la commande dans un casier sécurisé. Ce casier fonctionne avec un code à usage unique et ce code est donné au client lors de la commande.

Le parking reste ouvert sur le temps du midi. Une heure après la commande passée, le service est assuré.

Quel coût supplémentaire cela engendre-t-il pour le client ?

Aucun. Le service est gratuit ; c’est vraiment une offre en plus. Le Vinodrive est en service depuis cet été et il commence à bien fonctionner. Nos vins sont vendus au même tarif que chez les petits producteurs avec qui l’on travaille.

Pensez-vous que cela peut dynamiser le centre-ville ?

Nous avons la chance d’être dans une belle enseigne, dans une ville dont le patrimoine est riche : conservons cela tout en modernisant nos pratiques. Nous devons nous adapter à notre clientèle et l’on a tous quelque chose à faire.

L’idéal serait de fédérer d’autres enseignes alimentaires du centre-ville.

Ecrit par restaurantemploi

emploi hôtellerie restauration